PENSÉE AU COUCHER DU SOLEIL : UN MATIN PAS COMME LES AUTRES

Il était presque 06 heure ce jeudi, je me suis levé de mon lit avec du punch et de la joie au cœur. Je voyais la vie si belle que j’avais envie de partager ma joie avec la femme de ma vie, de mon cœur. J’avais envie de lui dire combien de fois elle est si belle, combien de fois sa voix était pour moi, si indispensable, et combien mon corps avait besoin de son manteau surchauffé (son corps). Le matin semblait différent des autres et j’avais constaté que même les oiseaux avaient changé le rythme de leur musique. Ils ont pour habitude de faire « dig dag dig « mais ce jour-là, c’était tout simplement « la la la ».

Je me dirigeai vers le dressing et là, J’ai reçu un message venant de Clara, me disant qu’elle avait été heureuse de me revoir. Je me suis demandé pourquoi, vu qu’on avait pratiquement rien partagé le jour de notre rencontre à la piscine. Je ne savais pas qu’elle était la responsable de cette société?  Et même quand on s’était croisés dans l’escalier ce fameux lundi.

Après plusieurs jours d’échanges, elle me disait qu’elle était amoureuse de moi et que je lui faisais « effet ». En tant que homme, jeune, croyant, j’ai quand même usé de toutes mes forces pour m’éloigner le plus loin possible. Je me disais qu’une femme de ce genre n’était certainement pas de bonne moralité, vu qu’elle savait que mon cœur était en parti pris et qu’elle insistait toujours. Comme on le dit souvent  « l’amour naît parfois à force de partage, d’échange ». Et j’ai pu le constater. Petit à petit, je commençais à m’habituer à sa compagnie, ses messages, ses appels. J’avais pratiquement le regard sur mes mails, mon téléphone et même parfois des regards vers la porte de son bureau.

DOBLOG

Un matin, après m’être rendu au travail, j’ai constaté que je n’étais pas le seul avec qui elle prenait l’ascenseur ou elle échangeait via internet. J’ai été un tout petit peu bousculé mais… J’ai préféré abandonner l’idée. J’essayais de ne pas tomber dans son jeu et voir si elle était vraiment sincère car elle commençait à être présente dans mes journées. Elle prenait le dessus sur ma dulcinée Océane. Je n’arrivais pas à faire la différence entre les deux. Puis tout a été plus clair cet après-midi. Je passais prendre un dossier sur le bureau de « Mr INKONU » et là…

Un proverbe africain dit et je cite: La parole est une balle de fusil, on ne peut pas la rattraper si elle s’échappe. Au fait, j’ai vu mon cœur qui était cette balle à l’instant. Je ne pouvais pas rattraper ce cœur « amoureux » puisqu’elle le détenait déjà. J’avais été pris au piège…

On n’est pas toujours vigilant et on se dit parfois trop confiant, trop amoureux pour ne plus tomber amoureux d’une autre. Attention, lorsque le cœur s’emballe facilement, il est difficile de le faire revenir. Mais il est encore plus douloureux de le voir enchaîné dans les bras d’une personne qui n’en vaut pas la peine… C’est cela, mon fardeau. Et là devant toi, agenouillé sur tes genoux marron comme le café au lait, je t’explique mon infidélité, ma faiblesse. Je pense à toi à mon réveil mais une partie de mon cœur est pris au piège… Help me Océane.

Christelle Assam’

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s