PENSÉE AU COUCHER DU SOLEIL : ARRÊTER OU CONTINUER ?

« L’amour ne reconnaît aucune barrière. Il saute les obstacles, les clôtures, pénètre les murs pour arriver à une destination pleine d’espoir » dit un proverbe.

photo DR
photo DR

J’avais décidé de ne plus avoir affaire aux hommes, à leurs promesses pas toujours accomplies, à leur magie de mettre le cœur de la femme sur un nuage et à leur infini orgueil. J’avais pris la décision de ne prêter attention à aucun d’entre eux, même si parfois leur beauté me laissait sans voix. Et bien sûr, je n’ai pas pu la respecter cette décision. Mon cœur n’a pu respecter mes décisions puisqu’il n’a pas d’oreille pour entendre ce que je disais. J’ai voulu juste t’aider, te donner un coup de main et j’ai été prise au piège. Je me suis réveillée un matin. Ce jour là, après ton appel, précisément à 07 heure 15 min, mon cœur à commencer à battre plus vite que d’ordinaire. Puis à 13 h, tu m’as manqué. Qu’est-ce qui m’arrivais. J’étais amoureuse. Amoureuse de quelqu’un, et pourquoi, comment cela a pu arriver ? J’étais pourtant sur mes gardes !

Je ne peux rien faire pour arrêter cela, je le sais. Le cœur est je peux dire l’organe le plus sensible qu’on ait. Plus on se voyait, plus mes yeux ne faisaient que remarquer ta beauté, ton sourire, ton élégance, ta gentillesse, ta sincérité, ton grand cœur, ton amour… Chaque fois que tu t’approchais de moi, je ressentais une envie de me donner mais, la raison, ma raison me rattrapait et tout ce qui sortait de ma bouche, c’était «  arrête ». Cependant, quand après je rentrais à la maison, ma faire mémoire ressassait les instants drôles, et magiques qu’on a partagé. Tellement beaux. Que faire ? Je suis condamnée. Je me demande si tu ne vas pas me faire voir une autre couleur plus sombre de la vie, ce côté ou n’existent que larmes, pleurs, douleurs. La peur me ronge, es-tu vraiment celui qui me fait tant sourire aujourd’hui, mon cœur dit « oui », mais mes pensées me disent « attention ». M’arrêter ou continuer ?

C’est la question que je me pose chaque fois que tu m’appelles ou que je rentre, après un dîner avec toi. Pensée au coucher du soleil m’a dit un jour : « difficile mais pas impossible… ». J’ai compris que ce n’était pas impossible que tu sois différent, pas non plus impossible que la peur disparaisse et pas impossible que j’ai confiance en toi. Difficile mais, de toutes les façons, je pense que personne n’est parfait, à part le Créateur.

Les imperfections, on en a tous. Juger une catégorie de personne, ne t’arrangera pas toujours, car toi non plus n’est parfait. C’est normal d’avoir peur, mais nous devons affronter la peur et la dominer. On essaye de s’accorder car chacun a eu une éducation différente. Il a sa culture et elle, et bien elle a ses caprices. Ne méprisons pas, c’est pour notre bien. Lançons-nous, il y a la nuit et le jour, de même il y a les larmes de tristesse et celle de joie. Chacune a un temps, la vie n’est pas toujours faite de pleurs…

Christelle Assam’

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s